Partenaires associatifs

Présidente : Marie-Françoise Lheureux

L’association GRAAL, créée en 1997, défend l'idée selon laquelle tout être vivant, humain ou animal, a droit au respect et à la compassion. Elle a conçu et mis en œuvre en 2005 une mission de service public : l’organisation au plan national de la retraite des animaux de laboratoire, toutes espèces confondues. Cette démarche, novatrice et légale, est motivée par la volonté d’offrir aux animaux arrivés en fin de protocole une alternative éthique à l’euthanasie. L’association GRAAL s’inscrit comme facilitateur, en apportant des solutions concrètes de placement aux laboratoires volontaires. Grâce à ses efforts conjugués à ceux des laboratoires publics et privés, des établissements d’élevage, des écoles vétérinaires, des Directions Départementales pour la Protection des Populations (DDPP), du Ministère de l’Agriculture, des instituts professionnels (GIRCOR, AFSTAL, SIMV), des lieux d’accueil (plus de 100 refuges partenaires) et des adoptants, ce sont près de 4 000 animaux qui ont été officiellement retraités des laboratoires à ce jour. Le GRAAL est également investi dans la protection des équidés et l’association est engagée dans une action visant à interdire l’attribution en lots d’animaux vivants, ainsi que leur vente lors de manifestations à caractère non exclusivement agricole, telles les fêtes foraines.

 

Président : Antoine Comiti

L214 Éducation est le département pédagogique de l'association de défense des animaux L214. Dans un langage adapté, l’action éducative de L214 a pour objectif de susciter la réflexion par une approche ludique et interactive. L214 Education met à la disposition des enseignants des mallettes pédagogiques, des animations et autres ressources documentaires afin qu’ils puissent disposer d’outils destinés à l'éducation des jeunes générations à l’éthique animale.Sous le contrôle d’un conseil scientifique, l’association s’appuie sur les programmes officiels de l’enseignement et sur l’état des connaissances en biologie, éthologie, médecine vétérinaire, agronomie... L214 espère ainsi encourager enfants et adolescents dans une relation aux animaux empreinte de curiosité et de respect.

 

Président : Louis Schweitzer

Depuis plus de 40 ans d’existence, La Fondation Droit Animal, Ethique & Sciences s’est donnée pour mission de faire progresser la cause animale, en s’appliquant à améliorer la condition des animaux grâce aux progrès de la science traduits dans l’évolution du droit. Dans toutes ses démarches, la LFDA s’appuie sur les Sciences (sciences de la vie, sciences humaines, historiques, sociales ou économiques) pour motiver et susciter la réflexion philosophique de l’Ethique, laquelle justifie à son tour l’instauration d’un Droit Animal moderne. Dès 1978, la Déclaration universelle des droits de l’animal, corédigée par la LFDA, a inscrit dans une charte éthique les principes directeurs de son action : en proclamant la place de l’être humain au sein du règne animal, nous passions d’une ère où l’animal devait être protégé, telle une chose fragile, à une ère où il devait être respecté. Pour la LFDA, c’est la seule façon de rétablir un juste équilibre entre l’homme et la nature. Parmi ses actions, on peut relever la création d’un Prix de biologie Alfred Kastler, en 1984, destiné à encourager la recherche et l’application de méthodes évitant l’utilisation expérimentale traumatisante de l’animal. Onze lauréats ont reçu ce prix depuis sa création. La LFDA a également créé un Prix de Droit en 2013. Destiné à encourager le développement, l’enseignement et l’application du droit animal, trois lauréates ont reçu ce prix à ce jour. Aloïse Quesne, organisatrice du colloque « La sensibilité animale : approches juridiques et enjeux transdisciplinaires », fut la première récipiendaire de ce Prix de Droit, en 2014.

 

Président : Jacques-Charles Fombonne

Créée en 1845 par un médecin, le Docteur Etienne Pariset, la Société Protectrice des Animaux est la première association de protection animale en France. Son combat initial portait sur la protection des chevaux que les cochers parisiens maltraitaient. Au fil du temps, l’action de la SPA s'est développée en faveur d’autres espèces animales, en particulier les chiens et les chats. Ses missions consistent à lutter contre la maltraitance et les abandons, à recueillir et héberger les animaux abandonnés, perdus ou maltraités et leur trouver un foyer, à soigner les animaux des propriétaires démunis, à sensibiliser le grand public et en particulier les jeunes à la protection animale, à responsabiliser les propriétaires d'animaux et à s'engager auprès des pouvoirs publics pour faire évoluer la cause animale.

Personnes connectées : 1